Concept store de trésors made in France

Français (French)
0
Produit ajouté au panier avec succès
Quantité
Total
Il y a 0 produits dans votre panier. Il y a 1 produit dans votre panier.
Total produits
Frais de port  À définir
Taxes 0,00 €
Total
Continuer mes achats Commander

Visitez avec nous les Ateliers Mumo


Aujourd’hui, nous avons visité les Ateliers Mumo, ça se passe en Charente-Maritime, à quelques kilomètres de Saintes, à Flaville pour être précis !

On a la poisse, il pleut - Petites routes perdues au milieu des champs, traversée de villages en pierres blanches de Crazannes, nous avançons péniblement derrière un tracteur sans âge. Apparaît alors un petit chemin de terre avec l’annonce du grâal : Atelier Cuir – Sellerie Bourrelerie. Nous avançons doucement et voyons apparaître une maison aux volets bleus au milieu d’arbres centenaires.

les ateliers mumo maroquinerie made in france
Juste à droite,  là, une dépendance, on s’avance sur la pointe
des pieds pour éviter les flaques d’eau, à pas de loup vers la porte blanche qui grince un peu. Une douce odeur de cuir, d’huile nous accueille, entourés de vieilles machines, de bobines de fils, de selles parfois centenaires du sol au plafond, nous avançons doucement dans ce petit écrin rempli de savoir-faire. Nous sommes accueillis par Benoît, Cécilia, Pierre et deux gros chiens noirs pas farouches ! Bienvenue dans l’atelier du sellier, bienvenue dans ce petit paradis qui fabrique les sacs des Ateliers Mumo...

On commence par vous présenter les 3 fondateurs de la marque, pour être polis quand même :

fondateurs des Ateliers Mumo

Benoit, sellier de métier, a repris l'atelier de son arrière-grand-père en Charente-Maritime.
Cécilia, quant à elle maroquinière, a la passion du cuir depuis longtemps puisque son grand-père était sellier en chef du Haras Royal de Budapest.
Enfin, Pierre, designer, a fondé son studio de création (il fait d’ailleurs de sublimes luminaires et fauteuils acier / cuir)
Forts de leurs compétences complémentaires, ils ont eu l’envie de proposer des objets épurés, fonctionnels, résistants en mettant en avant leur sélection de cuirs d'une grande qualité.

Découvrir cet atelier plus que centenaire, toucher les outils, les voir s’animer, entendre se réveiller des machines à manivelle ; et c’est vrai ça, il n’y a quasiment pas de machines électriques, presque toutes prennent vie grâce à l’huile de coude ; Cécilia, Benoit et Pierre, nous racontent l’histoire des outils, nous montrent comment ils fabriquent une ceinture, un sac… Nous avons les yeux qui brillent en les écoutant...

En plus, on ne sait plus ou donner de la tête dans cet atelier chargé d’histoire(s)…
Inventaire à la Prévert :
Le plioir
La griffe à molette
Le réglet
Le compas
Le fourreau
L’abat carre
Le couteau à parer
La griffe à frapper
L’alène
Le maillet
L’emporte-pièce...
La plupart de ces outils servent à confectionner les sacs en cuir et les ceintures que nous sommes si fiers de proposer dans notre boutique.

les outils du sellier maroquinier made in france

Mais d’ailleurs, saviez-vous qu’il fallait entre 3h et 4h pour faire un sac et presque 1h pour une ceinture des Ateliers Mumo ? D’ailleurs, lorsqu’une commande est passée, elle reste entre les mains de Cécilia ou de Benoit. Ils connaissent et maitrisent de bout en bout le chemin de fabrication de chaque produit des Ateliers Mumo. On va vous expliquer le process de fabrication d’un sac à dos par exemple :

- Sélection du cuir : prendre le meilleur, prendre la bonne couleur, prendre le bon grain, prendre celui dont la bête a eu une belle vie et a été traitée correctement jusqu’à la fin.

- La seconde étape est le tannage végétal du cuir. Le but du tannage est de rendre la peau imputrescible, résistante à l’eau et souple. Ce process n’est pas réalisé en Charente-Maritime mais en Italie. Les Ateliers Mumo travaillent avec un atelier qui respecte les peaux et l’environnement.

Chez eux, le tannage d’une peau se fait entre une durée de 5 et de 12 mois (5-6 mois pour un sac Mumo quand les sacs Hermès c’est 12 mois). Cela signifie que la peau reste dans un bain d’eau amalgamé à des tanins végétaux issus des plantes (essence de châtaignier et de mimosa).

Cette technique dite du tannage végétal est la plus naturelle, aujourd’hui encore la majorité du cuir fast-fashion est tanné au Chrome : ici le processus de transformation de la peau ne dure que 24 heures et cela fonctionne avec un mélange de sel marin, d’acide sulfurique, de sulfate de chrome basique et de bicarbonate de sodium. il faut préciser que ces mélanges peuvent provoquer des réactions allergiques de plus en plus dénoncées par les associations de consommateurs.

La majorité du tannage au chrome se fait entre le Bangladesh et l’Inde. Cette production est très polluante mais aussi très impactante sur la santé des travailleu.r.se.s (Asthme, Cancer des poumons, Ulcérations buccales, Anémies…)

- Maintenant que notre cuir est tanné végétalement et dans les règles de l’art, il convient de prendre le gabarit du sac avec ses bonnes cotations. Le gabarit est un support en carton épais pour représenter chaque pièce du sac : les sangles, le corps du sac… On va placer le gabarit sur la pièce de cuir souhaité pour procéder à la découpe de chaque pièce de cuir.

Bien entendu avant de faire le gabarit, il a fallu faire un patronnage du modèle qui est un patron auquel on rajoute les valeurs de couture (c’est à dire les réserves de cuir laissées entre les piqûres et le bord brut du cuir.

- Attaquons maintenant le travail de finition sur la tranche du cuir, et ce, afin qu’elle soit la plus lisse possible, c’est ici notamment qu’on peut se rendre compte si la maroquinerie est de bonne facture et si elle a été bien travaillée. On polit, on vernit, on polit, on vernit, on polit, on vernit.. À 2 ou 3 reprises, vous l’aurez compris, on répète la même opération pour arriver à une tranche de cuir lisse. Pour exemple chez Hermès, on répète cette opération 6 fois (bon ok, on rajoute quand même un zéro ou deux à la facture !)

- On attaque maintenant le travail de pliage du cuir et de couture. Le plus fastidieux et le plus long puisque réalisé à la main qui ne doit donc pas trembler ! On ne le dira jamais assez, les mains sont le plus bel outil.

- On pose les trous pour régler les sangles.

- On pose les rivets, les fermoirs, qui sont fabriqués à Paris d’ailleurs.

Un peu de cire sur le cuir, tout brille… Oh grand dieu, mais c’est vrai, ça y est, le sac est prêt !

sélection de maroquineire les ateliers mumo

Consommer local et français a la plus grande importance, cela irrigue toute notre économie, cela permet de continuer de faire vivre nos savoir-faire, de transmettre toute cette culture manuelle, c’est aussi permettre à nos enfants de pouvoir pérenniser ce savoir.


Article écrit par David

 

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas publié.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites. En savoir plus

J'accepte